Les symptômes du pincement discal

En cas de pincement discal ou tassement discal, la hauteur d’un disque placé entre deux vertèbres diminue. Le tassement discal intervient souvent dans le cadre d’une discopathie dégénérative mais peut également déboucher sur une sciatique ou sur une hernie discale. Voyons ensemble les symptômes du pincement discal afin de savoir reconnaître cette pathologie très commune mais très douloureuse.

C’est généralement par le biais d’une radiographie voire d’une IRM qu’il est possible de savoir qu’il y a tassement discal. Le disque pincé n’apparaît pas clairement mais c’est son épaisseur et la hauteur de l’espace entre deux vertèbres qui permet de dire qu’il y a pincement discal. Un seul ou plusieurs disques peuvent être touchés en même temps. Bien souvent, le tassement discal se produit au niveau des lombaires sur les vertèbres L4-L5 ou L5-S1. Mais un pincement discal peut également apparaître au niveau du milieu du dos ou sur les cervicales entre les vertèbres C3 et C6.

Si le problème du disque pincé n’est pas rapidement réglé, il peut évoluer vers des pathologies plus graves.

Comment reconnaît-on les symptômes du pincement discal ?

Malheureusement pour faire diagnostic, les professionnels de la santé ne disposent que de peu d’indicateurs sur les symptômes d’un pincement discal. Tout d’abord, le médecin devra évaluer la douleur ressentie par le patient et ne pas la confondre avec un simple mal de dos passager. Le seul symptôme du pincement discal est une douleur forte dans n’importe quel endroit du dos, dans le bas du dos ou dans le cou. Autrement dit, des cervicales au sacrum. La douleur en cas de disque pincé est de type inflammatoire. On peut voir une inflammation au niveau de l’articulation vertébrale touchée par un disque pincé mais aussi une inflammation des nerfs qui peuvent être comprimés.

Si vous avez un pincement discal au niveau des vertèbres L4-L5 ou L5-S1 (qui est le pincement discal le plus fréquemment rencontré par les médecins), vous aurez de très fortes douleurs dans le dos voire dans le bas du dos dans la zone lombo-sacrée.

Avec un disque pincé au niveau des vertèbres cervicales (C3-C6) vous aurez pour symptôme un très grand mal au cou.

Dans le cas où le médecin a des doutes sur son diagnostic, il prescrira généralement de passer une radiographie. Il s’agit du meilleur moyen de trouver la cause de votre douleur au dos. L’examen du spécialiste vous permettra de savoir si la douleur que vous avez est bien un symptome de tassement discal ou alors un simple mal de dos ou une autre pathologie.

Les patients types d’un tassement discal

On distingue deux grands types de patients pouvant présenter des symptômes de pincement discal :

  • Les personnes sédentaires : les employés de bureau avec une mauvaise posture et/ou travaillant sur un ordinateur représentent cette première catégorie. La position assise permanente durant la journée de travail combinée par le manque d’exercice physique sur le temps libre provoque un affaiblissement des muscles. Les disques intervertébraux de la colonne doivent prendre le relais des muscles affaiblis. Au fur et à mesure, le disque est pincé entre les vertèbres provoquant le tassement discal.
  • Les sportifs excessifs : à l’inverse des sédentaires, l’excès de sport et notamment de course à pied peut conduire à ressentir les symptomes d’un pincement discal. Une haute fréquence d’entraînements intensifs est une source importante de traumatisme pour les disques intervertébraux qui à terme vont les affaiblir.

Il est fortement recommandé d’être vigilant sur son temps personnel ou professionnel de ne pas malmener votre dos et d’adopter de bonnes postures si votre emploi nécessite de rester assis sur de longues périodes en faisant des pauses régulières en marchant. Pour les sportifs, un entraînement régulier se doit d’être progressif pour ne pas traumatiser les disques de votre colonne vertébrale et se retrouver avec un tassement discal.

Vous avez désormais les cartes en main pour identifier les symptomes d’un pincement discal. en cas de doute, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre médecin généraliste qui saura vous aiguiller.